Nous entendons de plus en plus parler de cyberviolence qui se définit comme un acte agressif, intentionnel, perpétré par un individu, et notamment de cyberharcèlement, or il ne s’agit là pas de la seule cyberviolence. Horizon Multimédia vous aide à mieux comprendre cette notion.

Le cyberharcèlement

Le cyberharcèlement est un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule. Il peut notamment prendre plusieurs formes comme des intimidations et insultes, la propagation de rumeurs ou encore le piratage d’un compte tout cela via des smartphones, des messageries instantanées, les réseaux sociaux ou même des jeux en ligne. Pour la victime le cyber harcèlement engendre un sentiment de détresse qui s’aggrave au fur et à mesure pouvant aller jusqu’au suicide.

L’exclusion

L’exclusion consiste à exclure une personne d’un regroupe social en ligne (groupe Facebook ou Snapchat). La personne exclue peut être victime, au sein du groupe, de moqueries. L’expérience face au rejet peut conduire à bon nombre de conséquences psychologiques telles que la solitude, une faible estime de soi, une agressivité et même une dépression.

Le flaming

Le flaming consiste à envoyer un nombre important de messages insultants et menaçants à une personne ou un groupe de personne. Cela peut provoquer chez la victime un sentiment d’oppression, un isolement mais surtout une perte de confiance en soi pouvant amener à la dépression.

L’usurpation d’identité

L’usurpation d’identité consiste à voler l’identité d’une personne afin de lui nuire en accédant par exemple  à sa messagerie ou à ses comptes sur les réseaux sociaux pour ensuite envoyer des messages malveillants à une autre personne. Il peut aussi s’agir du fait d’ouvrir un profil avec les informations personnelles d’une personne pour y publier des contenus humiliants ou violents.

Le Slut shaming

Le slut shaming consiste à blâmer et à déconsidérer les jeunes filles dont la tenue vestimentaire, le maquillage, l’attitude voire les activités sexuelles ne correspondent pas aux normes en vigueur dans un groupe d’adolescents. Le slut shaming à pour conséquences chez la victime un sentiment de jugement, d’exclusion et de perte de confiance en soi.

L’outing

L’outing consiste à divulguer des informations intimes et /ou confidentielles sur une personne, par exemple révéler l’homosexualité d’une personne sans qu’elle le sache ou ne le veuille. La victime se sent alors trahie et peut devenir la cible de critiques entrainant alors une perte de confiance en soi et aux autres.

Le Happy slapping

Le happy slapping est le fait de filmer une scène de violence subie par une personne, le plus souvent avec un portable, et de diffuser ou partager la vidéo sur internet. La victime est humiliée ce qui joue sur la perte de confiance en soi.

Revenge porn

Le revenge porn consiste à divulguer des images ou vidéos à caractère sexuel dans le but de se venger. Ce sont majoritairement les jeunes filles qui sont victimes de cette cyberviolence. Pour la victime le sentiment d’humiliation est très fort et peut conduire à un  isolement, une dépression voire un suicide.

Que faire ?

Toutes ces cyberviolences sont punies par la loi, il est donc très important d’en parler que ce soit à des amis, ses parents ou à une personne de confiance.  Il existe aussi des plateformes d’écoute notamment Net écoute.fr qui propose un numéro gratuit (3018) pour les jeunes victimes de violence numérique. Si votre enfant est victime de cyberviolence il est important de lui dire que ce qu’il vit n’est pas normal et que cela doit être puni. Dites-lui aussi de ne surtout pas répondre aux messages, menaces et insultes mais de faire des captures d’écran cela servira de preuve devant la justice. Si votre enfant en ressent le besoin n’hésitez pas à vous faire accompagner par un spécialiste afin de passer au mieux cette épreuve.

 

Les Conseils d’Horizon Multimédia 

  • En cas de cyberviolence il est important d’en parler car bien souvent la victime ne pourra pas s’en sortir seul. Expliquez cela à votre enfant pour qu’il puisse venir en parler à vous ou à une personne de confiance s’il se trouve dans une telle situation. Il peut aussi contacter le 3018 qui est un numéro d’écoute pour jeune victime de cyber violence.
  • Si votre enfant est victime de cyber violence, il est important qu’il comprenne que ce n’est pas normal ce qui lui arrive et que c’est puni par la loi, il ne doit pas se sentir coupable.
  • Ne répondez jamais aux messages, menaces, insultes ou rumeurs que vous pouvez recevoir en revanche il est important de faire des captures d’écrans qui pourront servir de preuve aux yeux de la justice.
  • Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à des spécialistes afin que votre enfant traverse cette épreuve du mieux possible.

Sources : https://www.service-public.fr

https://www.e-enfance.org/le-3018/

https://www.e-enfance.org/cyberharcelement-cyberviolences/