Quels enfants ne rêveraient pas d’avoir tous les nouveaux jouets à la mode, de pouvoir aller dans des parcs d’attractions et tout ça gratuitement ? Ce rêve c’est la vie de certains enfants influenceurs sur les réseaux sociaux. Mais qu’est-ce que c’est qu’un enfant influenceur et que dit la loi ? Réponse.

Swann et Néo, Studio Bubble tea ou encore Josh et Jen, ces noms ne vous disent rien en revanche vos enfants en sont fan et regardent toutes leurs vidéos, ces enfants youtubeurs comptabilisent des milliards de vues. Tests de jouets, journées dans des parcs d’attractions défis en tout genre voilà le contenu des vidéos qui passionnent les enfants qui rêveraient tous d’avoir la même vie et qui par la suite réclament tous les jeux qu’ils ont pu voir dans les vidéos. Mais tous ces jouets et autres sorties ne sont pas achetés par les familles des enfants influenceurs, ce sont les marques elles-mêmes qui envoient gratuitement leurs produits aux familles afin qu’elles puissent les tester. Les marques ont tout à y gagner, une vidéo de ces enfants youtubeurs fait des millions de vues soit des millions d’enfants qui vont potentiellement vouloir ce jouet, cela est bien plus rentable qu’une publicité à la télévision qui coûte très cher.

Un travail à temps plein

Depuis le 19 octobre 2020, les vidéos des enfants influenceurs sont considérées comme étant un vrai travail à part entière, comme pour les enfants mannequins et comédiens. Et qui dit travail dit encadrement notamment en matière d’heures travaillées inscrites dans le Code du travail. Leur temps de travail ne doit pas excéder deux jours par semaine en période scolaire avec une limite de 6 heures hebdomadaires pour les 6-11 ans. Comme tout travail, les vidéos YouTube entraînent un revenu pour ces enfants qui sont aussi encadrés. Etant mineurs ce sont les parents qui reçoivent les gains, ils ont pour obligation de déposer une partie des revenus à la Caisse des dépôts et consignations afin de préserver les gains jusqu’à la majorité des enfants. Les enfants stars disposent également d’un droit à l’oubli, c’est-à-dire la suppression des vidéos sans même demander l’accord à leurs parents. Mais pour pouvoir faire et publier ces vidéos les parents sont dans l’obligation d’obtenir un agrément auprès de l’administration, sans ça ils ne pourront pas publier des vidéos à but lucratif avec leurs enfants.

Une lutte contre les dérives

Les vidéos des youtubeurs enfants comptabilisent des milliards de vues, une aubaine pour les marques qui ciblent leurs stratégies marketing autour de ces jeunes influenceurs entrainant parfois des dérives. Les enfants raffolent de ces vidéos qu’ils trouvent amusantes sans prendre conscience qu’il s’agit en réalité de publicité déguisée et qui entraine chez eux un sentiment de frustration de ne pas pouvoir avoir tous les jouets vus dans les vidéos. Lorsque ce ne sont pas des jouets ou des parcs d’attractions qui sont mis en avant il s’agit de nourriture et bien souvent de la malbouffe. Une professeur en nutrition américaine, Marie Bragg, a mené une étude sur 418 vidéos d’enfants influenceurs et résultat 179 d’entre elles mettaient en avant de la nourriture dont 90 % de malbouffe. Cachées au milieu de vidéos amusantes et familiales, les publicités sont bien présentes et ont une forte influence sur les envies des plus jeunes qui n’ont pas conscience de voir de la publicité. C’est pourquoi il est important de ne pas laisser les plus jeunes seuls face à ces vidéos et de discuter avec eux de ce qu’ils ont vu et compris et surtout de leur faire comprendre que ce qu’ils voient ne représente pas la vraie vie d’un enfant.

Les Conseils d’Horizon Multimédia 

  • Les enfants adorent les chaînes YouTube des enfants influenceurs, mais derrière le côté amusant et familial des vidéos se cache en fait de la publicité il est donc important de prendre du recul sur ces vidéos.
  • Être un enfant youtubeur est considéré comme étant un travail à part entier avec un encadrement juridique, les enfants ne peuvent pas devenir youtubeur du jour au lendemain.
  • Les plus jeunes qui regardent ces vidéos n’ont pas conscience qu’il s’agit de publicité, il est donc important de ne pas les laisser seuls face à ces vidéos et de parler eux de ce qu’ils ont vu et compris pour ne pas les laisser croire que c’est normal d’avoir tous les jouets que l’on souhaite.