Accueil / RessourcesWebtèque / Parents /Les objets connectés peuvent mettre les enfants en danger 

Les objets connectés peuvent mettre les enfants en danger 

Poupées, montres, vêtements… on trouve de plus en plus d’objets connectés liés au quotidien des enfants de tous âges. L’un des arguments de vente est l’interactivité, un autre est la possibilité d’avoir un meilleur contrôle sur les activités de nos enfants. Mais qu’en est-il vraiment ?

Quelques conseils

Certains jouets connectés, comme le robot I-Que ou la poupée Cayla ont récemment été mis en demeure par la CNIL pour des manquements à la loi sur l’informatique et les libertés. Il a été reconnu que des pirates informatiques pouvaient prendre le contrôle de ces objets à une distance de 10 mètres de l’enfant, via une connexion en Bluetooth. Ici, le risque est qu’un cybercriminel pourra contrôler le jouet de votre enfant sans même s’approcher de lui, potentiellement, sans même se trouver dans le même lieu que lui. Le contrôle exercé pourra être de différents types : écoute des dialogues entre l’enfant et son jouet, voire de l’enfant avec son entourage, pouvant ainsi donner des informations personnelles au pirate, manipulation de l’objet à distance, mais aussi communication directe du pirate avec l’enfant.

A une époque où la crainte pour la sécurité des enfants semble de plus en plus poussée, des solutions ont vu le jour pour tranquilliser les parents. Il semble désormais facile de pouvoir suivre et même écouter ou parler avec son enfant et, ainsi, s’assurer à tout instant qu’il est en sécurité. Cela pose toutefois divers problèmes :

  • La relation de confiance avec l’enfant va s’effondrer : un pré-adolescent ou un adolescent, en recherche d’autonomie, va se sentir épié 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Or l’adolescent, pour se construire, a aussi besoin de se tester. Cette autorégulation peut engendrer chez lui de la frustration à l’égard de ses parents et la relation en sera forcément impactée.
  • Se sachant surveillé, l’enfant mettra plus de temps à se responsabiliser et aura tendance à se reposer, en toute circonstance, sur vos consignes. Il tardera, de ce fait, à s’émanciper.
  • Ces objets ultra-connectés sont également des cibles pour les pirates informatiques. Avec les objets connectés, vous ne serez peut-être pas le seul à connaître tous ses déplacements, les horaires de ses départs et arrivées à l’école ou au collège, ses éventuels détours réguliers…
Malgré les avancées que proposent ce genre d’objets et la tranquillité de façade vendue aux consommateurs, plus vous en saurez et plus vous aurez peur. Si un jour la connexion est interrompue, votre journée risque de tourner au cauchemar. Si votre enfant fait un détour pour quelque raison que ce soit, vous craindrez qu’il n’ait été kidnappé. Enfin, un adolescent, pour se construire, a aussi besoin de se détourner légèrement du droit chemin et ce n’est pas en le connectant que vous l’en empêcherez, au contraire. Selon la psychologue Angélique Kosinski-Cimelière, psychologue des enfants et adolescents, « l’enfant, en se sentant à ce point surveillé, va avoir encore plus envie de braver les interdits ».

Sources

  • www.e-enfance.org : L’association e–enfance protège les enfants des dangers d’Internet lutte contre le cyber harcèlement et harcèlement. Elle propose un guide contrôle parental gratuit.
  • www.bienvivreledigital.orange.fr : Conseils et astuces pour vivre le monde digital en toute sérénité
  • www.cnil.fr : Site de référence pour connaître vos droits en matière de protection des données.