Accueil / RessourcesWebthèque / Parents /Les limites d’âge sur les réseaux sociaux

Les limites d’âge sur les réseaux sociaux

Snapchat, Instagram, Twitter, Facebook, Whatsapp, Tik Tok… Vous connaissez tous ces réseaux sociaux et vous les utilisez peut-être. Pourtant, certains d’entre vous ne respectent pas les limites d’âge établies. Quelles sont-elles et pourquoi existent-elles ?

Quelques conseils

Chaque réseau social a sa limite d’âge. Pour la plupart, c’est 13 ans. Ainsi, si vous avez moins de 13 ans et que vous rentrez votre véritable date de naissance au moment de l’inscription, le site refusera votre inscription, en expliquant que vous n’avez pas l’âge requis. Le problème est qu’il n’y a pas vraiment de contrôle et que de nombreux jeunes de moins de 13 ans mentent sur leur âge pour pouvoir s’inscrire. Cette limite d’âge s’impose, selon la loi française, dans le cadre d’une inscription avec une autorisation parentale. En effet, si vous souhaitez vous inscrire tout seul, sans l’accord de vos parents, vous devez attendre d’avoir atteint la « majorité numérique », fixée à 15 ans, depuis février 2018.

Whatsapp est un cas particulier, puisque cette application est interdite aux moins de 16 ans.

Cela tient principalement au contenu de ces applications. En effet, on considère qu’avant 13 ans, un jeune n’a pas encore la capacité à bien appréhender tous les points positifs et négatifs des réseaux sociaux. Cela ne veut pas pour autant dire qu’après 13 ans, on peut faire ce qu’on veut et qu’il n’y a plus de risques.

Le problème sur les réseaux sociaux, c’est qu’on peut être exposé à du contenu choquant pour des enfants. La violence physique, les personnes peu habillées (pas dénudées, c’est interdit), des commentaires haineux, la propagande… tout cela n’est pas adapté à des enfants. De plus, on peut faire de mauvaises rencontres sur les réseaux sociaux, car il est très facile (mais interdit !) de cacher sa véritable identité derrière son écran.

L’autre problème tient au contenu publié par l’utilisateur lui-même. Un enfant ne prendra pas forcément garde à ce qu’il va publier, se sentant justement libre de faire et de publier ce qu’il veut. Pourtant, la liberté d’expression a des limites et, très jeune, on n’en a pas forcément conscience. Or tout ce qui est publié par un enfant relève de la responsabilité des parents. Des insultes, des menaces, du harcèlement, une photo de quelqu’un sans son accord… peuvent amener les parents à payer une amende, voire à faire de la prison à cause de leurs enfants. C’est le cas, en France, jusqu’à 15 ans, c’est pourquoi, de 13 à 15 ans, il est désormais demandé l’accord des parents pour que le compte soit créé.

Des réseaux sociaux comme Instagram ou Twitter ont commencé à s’attaquer aux comptes d’enfants de moins de 13 ans depuis que la loi européenne sur le RGPD a été votée, en 2018. Ainsi, si vous avez menti sur votre âge lors de la création de vos comptes sur l’une de ces applications, il est possible que votre compte et tout son contenu viennent à disparaître un jour.

Sources

  • www.internetsanscrainte.fr : Internet Sans Crainte est le programme national de sensibilisation des jeunes aux enjeux et risques de l’Internet.
  • www.e-enfance.org : L’association e–enfance protège les enfants des dangers d’internet lutte contre le cyber harcèlement et harcèlement. Elle propose un guide contrôle parental gratuit.
  • www.actioninnocence.org : Action Innocence est une organisation qui a pour but de promouvoir une pratique sécurisée d’Internet en s’adressant aux enfants, aux adolescents et aux parents ainsi qu’aux professionnels de l’enseignement, de la santé et du social.
  • www.netecoute.fr : Gratuite, anonyme, confidentielle Net Écoute est la ligne téléphonique contre le cyber-harcèlement et les problématiques des enfants / ados avec Internet.

    ratuit.