Accueil / RessourcesWebthèque / Jeunes /Les jeux-vidéo banalisent-ils la violence ?

Les jeux-vidéo banalisent-ils la violence ?

Le président américain a récemment pointé du doigt la violence présente dans les jeux-vidéo pour justifier l’augmentation des agressions et meurtres au sein de son pays. Bouc émissaire des problèmes de société, l’industrie vidéoludique, dont certains jeux de guerre dépassent les millions de joueurs, a-t-elle vraiment une part de responsabilité dans la banalisation de la violence ? Tour d’horizon !

Quelques conseils

Parmi les jeux les plus populaires, certains font de la violence leur fond de commerce comme par exemple la série des GTA. Dans ces jeux, les joueurs interprètent des gangsters qui peuvent tuer des personnages semblables à de simples citoyens de plusieurs façons différentes et toujours violentes, pour ensuite échanger des tirs avec la police.
Dans la majorité des jeux d’aventure ou d’action, le but du jeu est de vaincre des personnages ou des créatures. Mais pour ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes joueurs, on va souvent utiliser un style graphique enfantin et coloré, n’affichant pas de sang, comme la plupart des jeux familiaux au PEGI 3 et 7 (Mario, Zelda, Pokemon…).

Fortnite a cependant propulsé la mode des jeux mêlant guerre (PEGI 16 et 18) et graphisme enfantin (PEGI 3 et 7) le faisant entrer dans la catégorie PEGI 12. Se pose alors la question des risques de permettre à des enfants de jouer à des jeux reprenant les codes de la guerre.

Donc les millions de joueurs à travers le monde sont tous potentiellement des personnes violentes ? Le raccourci est facile, mais c’est oublier que la grande majorité des joueurs sait très bien que ceci n’est qu’un jeu vidéo et non la réalité, et s’en sert principalement comme défouloir et amusement.
Cependant la banalisation est réelle, car beaucoup de jeunes adolescents estiment que certains jeux avec le pictogramme « Violence » ne le sont pas.

Les répercutions en milieu scolaire sont visibles avec l’engouement autour des bagarres dans les cours de récréation qui sont parfois filmées (happy slapping) ou ceux qui trouvent amusant de se taper dessus du moment « qu’il n’y a pas de sang ».

Jouer à des jeux-vidéo violents ne fera pas forcément de nous des personnes violentes, mais il faut malgré tout faire attention à leur impact sur notre perception du monde, car nous avons de plus en plus tendance à ne plus être choqué par de vrais actes de violence.

Sources

  • http://www.pedagojeux.fr/choisir/signaletiques/la-signaletique-pegi/
  • https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/assistants-detecteur-rumeurs/2019/04/11/jeux-video-rendent-violent
  • https://www.franceculture.fr/video/pourquoi-il-faut-dedramatiser-la-violence-dans-les-jeux-video