enter Alors que Samsung vient juste de lancer son Galaxy Fold, paradoxalement, la conscience d’une exposition trop importante aux écrans se répand dans l’opinion. A quand le téléphone sans écran? Voici quelques pistes de réflexion de Philippe Vallat, directeur de Pilot Design :

Surveillez votre temps d’écran… Ceux qui possèdent un iPhone le savent: grâce à la dernière mise à jour, ils reçoivent désormais leur bilan hebdomadaire d’utilisateur ; des indicateurs qui les informent sur le temps passé en moyenne, au quotidien, sur leur smartphone. Ces préoccupations récentes auraient pu être anticipées bien avant. Dans l’autobiographie de Steve Jobs, on apprend, par exemple, que les enfants du patron d’Apple n’avaient qu’un accès limité aux écrans. De même, Bill Gates n’a pas autorisé ses enfants à disposer d’un smartphone avant l’âge de 14 ans. any dating sites that are not scams  

Il y a quelque temps encore, la tendance était d’avoir des écrans de smartphones toujours plus grands, toujours plus larges, et personne ne se posait de questions. Il semblerait que les esprits soient en train de changer. Tout d’abord, pour des raisons médicales. En France, en 2017, des professionnels de la santé ont alerté sur les dangers «d’une surexposition aux écrans des tout-petits». Ensuite, il y a cette peur de l’annihilation de notre vie sociale.

D’après le psychologue Deepak Chopra, une utilisation excessive du téléphone portable «est en train de tuer la capacité de notre société à interagir avec les humains dans la vraie vie…». En plus de ce diagnostic de ce qui ressemble à une véritable addiction, il faut également ébaucher des solutions pérennes. Les trucs et astuces du style «arrêter les notifications», «surveiller son temps d’exposition» ou encore «proscrire l’usage du portable au coucher ou au réveil» ont quelque chose de gadget, mais quel est leur véritable impact ?

https://outletdevinilos.com/speed-dating-edmonton-long-island local speed dating omaha Réduisez votre «taille d’écran»

Toutes les solutions évoquées nécessitent une ascèse et une «sagesse» des utilisateurs plutôt que de reposer sur un vrai désir. Comment alors ceux-ci pourront-ils s’en sortir sans l’aide de la technologie ? Et si les constructeurs commençaient à réduire progressivement la taille des écrans pour moins tenter les utilisateurs ? Mais qui osera aller à contre-courant ?

speed dating in chester greenville sc http://www.ubomats.com/2019/05/11/speed-dating-tucson-xeriscape Il faut réfléchir à un objet communicant tout aussi fonctionnel, mais beaucoup moins intrusif

Les grandes marques se sont engagées dans une course effrénée au «plus grand écran possible». Ainsi Samsung vient de surprendre tout le monde en lançant son Galaxy Fold, un modèle aux spécifications impressionnantes (7,3 pouces déplié). Face à cette démesure, certains opérateurs visionnaires ont choisi une philosophie radicalement opposée.

La firme suisse Punkt, par exemple, a lancé une gamme de terminaux mobiles munis d’un écran suffisamment petit pour ne pas concurrencer un smartphone. Derrière un appareil dont la sobriété radicale privilégie le strict minimum en matière de fonctionnalités, se trouve toute la philosophie des Digital Detox Challenges. Cette solution présentée reste cependant transitoire. Une étape supplémentaire consisterait à se passer totalement d’écran. Cela est déjà le cas pour les assistants vocaux qui jouent le rôle de nos smartphones et nous rendent un nombre considérable de services sans que nous ayons à pianoter ou nous fatiguer les yeux. Ils ne se substitueront pourtant jamais aux terminaux mobiles. Et ce sont bien ces derniers qui ont envahi notre quotidien.

 

follow url muslim girl dating site in south Design disruptif et usages moins intrusifs

Le «smartphone auquel on ne devient pas accro» est bien une tendance d’innovation, mais visiblement, aucun objet n’est encore sur le marché. Et les contritions de ceux qui veulent se désintoxiquer risquent de se prolonger encore un peu. La technologie jouera un rôle fondamental dans le lancement d’un tel produit, mais on a aussi de bonnes raisons de penser que le design fera la différence, en permettant de créer un objet radicalement autre, suscitant ainsi le désir des utilisateurs. Désir tellement fort qu’il sera une bonne raison de plus pour abandonner le smartphone à écran large. N’oublions pas que l’iPhone a su créer la différence avec son écran tactile en verre. Puisque tout part de l’usage, il faut se poser la question : «Quelles fonctionnalités trop intrusives l’utilisateur est-il prêt à abandonner?» Quand on voit le dernier Samsung, une question saute à l’esprit : «Est-il normal d’avoir un grand écran connecté en permanence dans sa main ?» Ou l’on s’aperçoit d’une espèce de malversation : on a presque perdu la «fonction téléphone», et un «ordinateur connecté» s’est glissé à sa place dans notre poche, nous imposant de nouveaux usages au quotidien.

Il faut donc réfléchir à un objet communicant tout aussi fonctionnel, mais beaucoup moins intrusif. Il y a forcément une place pour un objet «premium», qui séduise une frange aisée d’utilisateurs. Lesquels seront sans doute les premiers à vouloir regagner leur liberté en se «désaliénant de leurs écrans».