Effrayant, malsain, morbide, mais aussi dangereux voici quelques mots qui caractérisent aujourd’hui le « Momo challenge ». Né sur la plateforme Facebook à la suite d’un défi lancé par les internautes à une communauté, le « Momo challenge » s’est rapidement répandu dans le monde en faisant de nombreuses victimes et principalement des enfants.

Ce challenge s’est d’abord répandu sur les réseaux sociaux (Facebook) et très rapidement a été partagé par ses utilisateurs sous forme de publication incitant les internautes à contacter un numéro de téléphone via l’application Whatsapp.

Une fois le contact étant établi, les internautes ont reçu des textos illustrant une femme étrange, ayant le visage déformé, une longue bouche et des yeux sortant de ses orbites. Ce texto leur indiquait qu’à partir de maintenant ils devaient réaliser des défis, plus ou moins dangereux, afin de pouvoir, éventuellement rencontrer Momo. Des défis pouvant conduire jusqu’au suicide.

Mais comment des jeunes peuvent-il aller jusqu’à se suicider ?

Bien entendu, tout ne s’arrête pas à un simple défi. Si un utilisateur refuse de suivre les règles du jeu, Momo les menacerait d’une mort cruelle. Dans d’autres cas, Momo vous « punirez » en vous envoyant des images sordides de personnes mortes, de votre maison, de vous-même ou encore des vidéos d’elle-même. De plus, elle accompagnerait ces médias par des paroles qui vous poussent à avoir un doute profond. Comme par exemple si une photo de cadavre est envoyée, Momo pourra souligner : « cela pourrait arriver à ta sœur ».

Les deux grandes règles sont :

  • Ne jamais répondre deux fois (de la même manière) à la même question
  • Toujours réaliser ses ordres.

D’où vient le « Momo challenge » ?

Le compte/numéro semble être relié à trois pays : au Japon, au Mexique et à la Colombie. Trois utilisateurs pour terroriser des milliers de personnes ? Et même si Momo n’est qu’un Bot (robot qui envoie des messages automatiques), quelqu’un l’a bien mise en place. De plus, faits prouvés par de nombreuses vidéos et captures d’écran, ce compte existe vraiment.

Résultat

L’un des « crimes de Momo » le plus tristement célèbre se serait passé dans la ville d’Ingeniero Maschwitz , à Buenos Aires en Argentine, le 29 juillet 2018 a rapporté le Buenos Aires Times. La police aurait établi un lien direct entre la mort d’une fillette de 12 ans et le jeu. La jeune fille nommée Selene aurait filmé ses activités sur son téléphone avant de se suicider. Elle sera retrouvée sans vie pendue sur un arbre de la propriété familiale.